Tourisme cette richesse mal exploitée en Afrique

[GARD align= »center »]

Si l'Afrique est riche de par son sous-sol et de ses matières premières elle pourrait l'être encore plus riche par sa géographie et son histoire.| © Visiterlecongo.com

Si l’Afrique est riche de par son sous-sol et de ses matières premières elle pourrait l’être encore plus riche par sa géographie et son histoire.| © Visiterlecongo.com

Si l’Afrique est riche de par son sous-sol et de ses matières premières elle pourrait l’être encore plus riche par sa géographie et son histoire. Ces forêts, ces fleuves, son relief restent pour autant un potentiel touristique mal exploité qui pourrait lui rapporter encore plus de devises.

L’Afrique avec un peu plus de 6,3% des recettes mondiales reste le parent pauvre du tourisme mondial et cela malgré son gisement touristique trop riche. Quel touriste ne rêve pas visiter les dunes du Sahara, l’Île de Gorée, les palais royaux d’Abomey; et pourtant la guerre, la famine, le sida, ces clichés brandissent du continent n’invite guère au voyage quand bien même elle regorge d’atouts essentiels pour développer une industrie touristique capable de lui générer des devises aussi importantes que les recettes pétrolières.

Le tourisme est une forte composante du développement dont les enjeux ne sont pas pris en compte en Afrique dans la définition de politique générale de nos États. Cette inégalité de traitement du secteur du tourisme apparaît fortement dans les politiques de planification, de décentralisation, d’aménagement, d’infrastructure et de management territorial. (Espace vert, espace de loisirs, décoration urbaine et embellissement des voies et chaussées).

Si l’Afrique du sud, le Kenya et les pays d’Afrique du nord l’on comprit en mettant en place des politiques de valorisation du tourisme, les pays au sud du Sahara on encore du chemin à faire pour tirer profil d’un secteur d’activité porteur qu’est le tourisme. Face à l’ampleur du retard sur le développement local et régional, il est important de rappeler que seul un programme global axé sur le tourisme permettrait de sortir notre continent de son sommeil qui a pour nom : Crise culturelle, économique et politique.

L’industrie touristique est une activité de développement comme tout autre donc aucunement elle ne doit être négligée. D’autant que les pays Africains confrontés au phénomène du chômage devraient trouver solution à travers un secteur qui reste dynamique et en pleine croissance, capable d’absorber un maximum de population.

L’artisanat, le commerce, l’industrie restent des leviers qui ne doivent pas être en reste. Le tourisme traditionnel se « périme » faisant place à une autre forme de tourisme qui se développe à plusieurs niveaux. Les nouveaux composants sont le tourisme d’affaires, de loisir, balnéaire, écologique, religieux, culturel, sportif, médicale etc. Aujourd’hui en marge du développement technologique, la tendance est aux échanges, à la découverte et aux loisirs. À ce titre, savoir attirer le touriste, mettre sur pied les structures touristiques, les rendre performantes et ne peut qu’entraîner plusieurs créations d’emplois. Pour dire qu’à la place de la guerre dans l’est du Congo qui fait tant de morts et de mutilés, on pourrait développer une véritable activité touristique autour de ce massif forestier et de ces gorilles qui y vivent pour la création de plusieurs emplois pour les populations de Goma, Bukavu etc.

Ainsi dire, l’industrie touristique, dans un pays, quel que soit son stade de développement, est un potentiel naturel et humain, créateur de richesse. Les touristes, concourent activement au développement des activités touristiques et font vivre les artisans, les commerçants, les artistes etc., toute la chaîne sociale est arrosée par les retombés touristiques.

Les touristes recherchent à la fois loisir, luxe, site pour repos et bien d’autres commodités pouvant concourir à leurs épanouissements. Et ce ne sont pas ces atouts qui manquent à l’Afrique à qui dame nature à offert de nombreux avantages qui restent pourtant sous-exploités.

Fulbert Koffi

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

 

Fulbert Koffi

Fulbert Koffi

Journaliste Oeil d'Afrique, basé à Abidjan (Côte d'Ivoire), spécialiste des dossiers politiques et sociaux culturels.


Tags assigned to this article:
afriquetourisme

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Sénégal: l’ex-président Abdoulaye Wade rentre à Dakar

[GARD align= »center »] L’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, 91 ans, est arrivé lundi après-midi à Dakar pour participer à la campagne pour

Western Union ferme des boutiques à cause de nouveaux taux de change

Western Union a décidé de fermer des dizaines de ses boutiques de transfert d’argent à Banjul après la fixation par

Côte d’Ivoire: mise en service du barrage hydroélectrique de Soubré

[GARD align= »center »] La Côte d’Ivoire a officiellement mis en service vendredi le barrage hydroélectrique de Soubré, construit par la Chine

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*