Trafic passagers à l’aéroport de Maya-Maya de Brazzaville

Trafic passagers à l’aéroport de Maya-Maya de Brazzaville

Augmentation du trafic passagers à l’aéroport de Maya-Maya de Brazzaville – Plus d’un million de passagers ont transité en 2012 par l’aéroport international Maya-Maya de Brazzaville, la capitale congolaise, contre 700.000 en 2010, selon le ministre congolais de l’Aménagement du territoire et de la Délégation générale aux Grands travaux, Jean-Jacques Bouya.

Le ministre a indiqué à l’issue d’une visite jeudi du nouveau terminal que celui-ci était fait pour accueillir plus de trois millions de passagers, l’objectif final étant de recevoir cinq millions de passagers par an.

Selon lui, un accent particulier a été mis sur le terminal des passagers afin de leur permettre de voyager confortablement.

‘Ce sont des enjeux importants, nous sommes satisfaits que le rythme économique ait suivi. Avec plus d’un million de passagers par année nous sommes devenus la première plate-forme de la sous-région. Ce qui n’est pas rien parce que, avant, nous étions en troisième position’, s’est-il réjoui.

L’aéroport international Maya-Maya est en train d’être doté d’une deuxième piste d’atterrissage, d’une aérogare moderne avec des passerelles et d’un hôtel de grand standing.

Les travaux de la deuxième piste qui sont estimés à plus de 39 milliards de FCFA sont exécutés par la société française SGE-Congo, alors que ceux de l’aérogare et de l’hôtel d’un coût de plus de 80 milliards de FCFA sont réalisés par une société chinoise.

Oeildafrique.com avec Pana


Tags assigned to this article:
aéroportbrazzavilleMaya-Maya

Related Articles

Gabon : Ali Bongo exhorte les syndicats à mettre fin à la crise sociale

 [GARD align= »center »] Ali Bongo est confronté depuis plusieurs jours à une grave crise sociale. En début de semaine, il a

Ouganda: un rival de Museveni lui conteste le droit de se représenter

Le principal adversaire déclaré au président ougandais Yoweri Museveni à la présidentielle de 2016 a lancé une action en justice

A Kinshasa, la colère et l’abandon des derniers « refoulés » de Brazzaville

[GARD align= »center »] « Dieu, ne déverse plus d’eau, nos mains sont fatiguées ! » Germaine Kandeka, tremblotante, les habits trempés, formule cette

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*