Transport : un véritable calvaire pour les étudiants ivoiriens

Transport : un véritable calvaire pour les étudiants ivoiriens

Jeudi 02 mai 2013, il est 15h00 devant l’université Féilx Houphouet BOIGNY de Cocody, en face de l’école nationale de police. Une débandade digne des périodes où la tension monte à Abidjan.  L’endroit grouille de monde sous ce soleil de braise. Ma curiosité ne tardera pas à s’exprimer, le devoir d’informer m’y oblige.



En fait, de tension il n’en rien, me fait –on entendre. C’est quasiment l’heure de  descente des cours pour les nombreux étudiants de cette université qui porte désormais le nom du premier président de la de Cote d’Ivoire moderne. A cette l’heure là de l’après midi, pour avoir un autobus de la SOTRA (société des transports abidjanais) après une journée de durs labeurs, relève d’un vrai parcours du combattant. Cette entreprise à qui l’état a concédé le transport urbain, peine depuis des années à transporter les élèves et étudiants à fortiori les abidjanais dans leur ensemble.  Le chef de l’Etat, Alassane OUATTARA,  qui à travers son projet de société a fait de la formation une priorité à l’effet de d’offrir à la Cote d’Ivoire une élite de qualité car formée aux normes internationales, a massivement investit l’argent du contribuable dans la rénovation et la réhabilitation des universités ivoiriennes. Cette action fort remarquable a gagné l’assentiment de l’opinion nationale pour la simple raison que nos universités n’existaient que de noms. Les travaux qui ont duré 18 mois, nous aurons permis d’avoir cet institut  de formation répondant aux standards internationaux. Toutefois, nous restons convaincus que la gestion financière de ces travaux a souffert d’un manque de transparence légendaire, nous y reviendrons.

La scène à laquelle nous avons assisté, nous  donnera une vraie impression d’inachevé quant à ce vaste projet  qui visait l’amélioration des conditions  de travail des étudiants. Diantre, on ne saurait investir autant d’argent (environ 200milions d’euros) sans toutefois définir une ligne budgétaire qui prenne en compte le transport des étudiants. Pour cette ambition aussi noble, il fallait répondre à la question du transport de flots d’étudiants déferlant chaque jour sur ce campus universitaire.  Une fois de plus, on n’a pas boudé l’occasion de se comporter comme de  vrais africains. L’on s’est plus préoccupé du volet action d’éclat, avec son cortège de renforts médiatiques occultant de fait la question de l’environnement auquel l’étudiant se trouvera confronté. Les étudiants à qui nous avons pu parler lors de cette escale reprennent tous en cœur : « c’est comme cela, nous luttons chaque jour pour venir et pour repartir, c’est le même scénario. Il y a deux  mois en arrière l’un de  nos amis étudiant s’est fait écraser le pied par un bus. On a pas d’interlocuteurs à qui s’adresser ».  Malgré ce drame, rien n’y fit. Le calvaire des étudiants se poursuit sur le regard bienveillant du gouvernement ivoirien, attendant que la catastrophe se produise pour éventuellement se bouger juste un peu.

L’on a souvenance que dans un passé récent, les autobus spéciaux affrétés aux étudiants, on en a connu dans pays sous l’ère du Président Houphouet BOIGNY ! Ils ont été supprimés dans les années 1990, en réponse à un plan de redressement économique dirigé par un certain Alassane OUATTARA alors premier ministre. Messieurs les gouvernants, les étudiants que nous avons vu, entassés sous le soleil, se bousculant au moindre vrombissement d’un moteur de bus ne demandent qu’une seule chose, achevez votre œuvre en leur  permettant d’aller et venir sur le campus sans trop grande difficulté. Mettez à l’heure disposition des autobus. Juste un besoin urgent de construire une image conforme à  notre ambition, Cote d’Ivoire pays émergent à l’horizon 2020. C’est aussi ça !

 

Jonas SARAKA
Abidjan – Œil d’Afrique

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireétudiantTransport

Related Articles

Bénin: installation de la septième législature

Le samedi 16 mars 2015 a eu lieu au Palais des gouverneurs à Porto-Novo, l’installation des nouveaux députés de la

Burkina: la commission d’enquête assure avoir identifié commanditaires et exécutants du putsch

La Commission d’enquête sur le putsch raté du 17 septembre au Burkina Faso assure avoir identifié commanditaires, complices et exécutants

Cameroun : le gouvernement sanctionne les industries polluantes

Plus d’une centaine d’entreprises, dont de nombreuses multinationales, ont été sanctionnées par de lourdes amendes pour pollution de l’environnement. Le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*