Trois militaires tués dans l’explosion d’une mine au Cameroun

[GARD align= »center »]

Des soldats camerounaise

Des soldats de l’armée de terre camerounaise, ici déployés sur le poste avancé de Mabass. Une colline sur la frontière avec le Nigeria, en bas des villages occupés par Boko Haram, en février 2015| RFI

Trois militaires camerounais participant à la guerre contre les islamistes de Boko Haram au nord du Cameroun ont été tués lundi et cinq autres blessés dans l’explosion d’une mine.

« Un véhicule militaire transportant des soldats de la Force multinationale mixte (FMM) a sauté sur une mine ce matin (lundi) vers Mora (ndr: commune à l’extrême nord du Cameroun proche du Nigeria) », a rapporté sous couvert d’anonymat une source sécuritaire.

« Trois militaires sont morts et cinq autres ont été blessés », a-t-il ajouté. L’incident et le bilan a été confirmé à l’AFP par une seconde source sécuritaire.

Depuis que le Cameroun est en guerre contre Boko Haram, de nombreux des miliaires ont été tués dans l’explosion de mines posées par les islamistes de Boko Haram, mouvement insurrectionnel originaire du nord-est du Nigeria mais dont les exactions s’étendent aux pays voisins.

La Force multinationale mixte (FMM), chargée de la lutte contre Boko Haram, compte 10.000 soldats originaires du Cameroun, du Tchad, du Nigeria et du Niger.

Au Nigeria, quatre personnes ont été tuées ce lundi dans deux attentats-suicides à la périphérie de Maiduguri dans le nord-est du pays, selon des membres des milices civiles.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Camerounmilitairestués

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Attentat en Côte d’Ivoire: un jihadiste aurait averti le détenu Blé Goudé

[GARD align= »center »] L’ex-chef des « Jeunes patriotes » ivoiriens, Charles Blé Goudé jugé pour crime contre l’humanité devant la CPI, affirme dans

Centrafrique: l’ONU discute avec Brazzaville du retrait des soldats congolais

[GARD align= »center »] Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a annoncé mardi qu’il discutait avec les autorités du Congo du

RD Congo : Trois réfugiés, originaires du Congo Brazzaville, incarcérés à Kinshasa pour situation irrégulière

Mitsa Mokambou, Jean-PierreNkounkou et AndréNtsona Nsiéné, trois congolais de Brazzaville, réfugiés à Kinshasa pour fuir le conflit armé que le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*