Tunisie : la montée de la criminalité traduit une incapacité à maitriser la situation sécuritaire (sondage)

Tunisie : la montée de la criminalité traduit une incapacité à maitriser la situation sécuritaire (sondage)

Les résultats d’un récent sondage d’opinion élaboré par « Tunisie Sondages » a révélé que 47,1% des Tunisiens estiment que la montée ressentie de la criminalité traduit l’incapacité du gouvernement à maitriser la situation sécuritaire du pays.

Transmis vendredi à l’Agence de presse Xinhua, le rapport de ce sondage a montré que 71,2% des répondants se sentent concernés par des récentes affaires de viol enregistrés dans le pays et 81,1% éprouvent de l’inquiétude par rapport à leur sécurité et celle de leurs familles.

Evoquant la vague de crime de viol répandue dans les dernières semaines dont la dernière victime en date est une fille de 3 ans au grand-Tunis, 78,8% des sondés se sont exprimé insatisfaits quant à la manière avec laquelle le gouvernement tunisien a géré ces affaires. Ces enquêtés estiment que les autorités n’ont pas réagi convenablement, d’après le rapport du sondage.

L’amplification de ce phénomène et la montée de criminalité s’ expliquent selon 66,7% des Tunisiens par le sentiment d’impunité ressenti par les malfrats vu l’insécurité et la lenteur de la justice. 49,5% pensent que la grâce de détenus en est derrière alors que 28% imputent cela au retard dans l’élaboration de la constitution.

Pour ce qui est des solutions à envisager, l’enquête a révélé que 62,3% des répondants préconisent la tolérance zéro au niveau du jugement des coupables afin de servir d’exemple et de dissuader les récidivistes, 53,8% pensent que pour restaurer la sécurité, il faut mettre un terme à cette phase de transition le plus rapidement possible alors que 51% des sondés s’opposent à la grâce de criminels condamnés par le président de la république.

Contacté par le correspondant de l’Agence de presse Xinhua, le directeur des études et des sondages à « Tunisie Sondages » Raef Abdennadher a précisé que ce sondage a été élaboré du 25 au 28 mars 2013 sur un échantillon de 1 320 personnes représentatif de l’ ensemble des provinces tunisiennes dont 40% du grand-Tunis, 7% du nord-est, 8% du nord-ouest, 25% du centre et 20% du sud. L’ échantillon a été constitué de 57,6 d’hommes et 42,4% de femmes.

 

(Xinhua)

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
tunisie

Related Articles

Le Malawi veut interdire les mariages d’enfants

Le Malawi s’apprête à interdire le mariage précoce de petites filles avec une loi interdisant le mariage des moins de

Reportage: 14 min sur l'arrestation de Laurent Gbagbo

L’actualité politique africaine reste dominé par la coté d’ivoire et la chute de Laurent Gbagbo. Un moment de l’histoire qui

Somalie: une femme pour ministre des affaires étrangères

Le Premier ministre somalien, Abdi Farah Shirdon Said, a présenté dimanche le nouveau gouvernement somalien, resserré. Il est composé de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*