Tunisie: des responsables limogés suite à des troubles dans le sud

[GARD align= »center »]

Le chef du gouvernement « d’union nationale », Youssef Chahed intervient devant le Parlement, le 26 août 2016|©DR

Le gouvernement tunisien a annoncé samedi avoir limogé deux hauts responsables de Tataouine, région du sud agitée depuis plusieurs semaines par des mouvements sociaux et où le Premier ministre a été pris à partie par des manifestants cette semaine.

« Mohamed Ali Barhoumi (a été nommé) gouverneur de Tataouine et Mohamed Cherif délégué », l’équivalent de sous-préfet, a indiqué le gouvernement dans un communiqué laconique.

Une source gouvernementale a toutefois précisé à l’AFP, sous le couvert de l’anonymat, que leurs prédécesseurs avaient été limogés, tout comme le responsable de la Garde nationale (gendarmerie) dans la région.

« D’autres responsables suivront », a ajouté cette source sans plus de détails.

La région de Tataouine, à 500 km au sud de Tunis, est agitée depuis plusieurs semaines par des revendications sociales.

Le chef du gouvernement Youssef Chahed et plusieurs de ses ministres y avaient été accueillis jeudi par une grève générale et par des habitants en colère qui leur avaient crié à plusieurs reprises de « dégager ».

La délégation était venue discuter avec des représentants de la société civile et annoncer des mesures en faveur de cette région, qui se dit marginalisée et où les revendications portent notamment sur les conditions de recrutement et la répartition des revenus des entreprises pétrolières locales.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
limogéstunisieYoussef Chahed

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Flottille vers Gaza: Israël expulse l’ex-président tunisien Marzouki

Les autorités israéliennes ont expulsé mardi l’ex-président tunisien Moncef Marzouki et la députée européenne Ana Miranda après avoir appréhendé le

Tunisie: l’état d’urgence décrété, des responsables limogés

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a décrété samedi l’état d’urgence en raison des « dangers menaçant le pays », huit jours

Béji Caïd Essebsi devient le nouveau président de la Tunisie

 [GARD align= »center »] Béji Caïd Essebsi, 88 ans, a prêté serment mercredi matin devant le Parlement tunisien, devenant le premier président

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*