Tunisie: un imam salafiste appelle à la TV à combattre le régime

Tunisie: un imam salafiste appelle à la TV à combattre le régime

Des policiers montent la garde près d’une mosquée de la banlieue de Tunis, le 31 octobre 2012
© AFP Fethi Belaid

Un imam salafiste, Nasreddine Aloui, a appelé les jeunes tunisiens à préparer leurs « linceuls » pour lutter contre les islamistes au pouvoir lors d’une émission télévisée jeudi soir face à deux ministres, deux jours après des violences meurtrières.

« J’ai préparé mon linceul après la mort de deux martyrs et j’appelle les jeunes du réveil islamique à faire de même car le mouvement (islamiste) Ennahda et d’autres partis politiques veulent des élections sur les ruines et les cadavres du mouvement salafiste », a-t-il lancé à l’antenne Ettounsiya, brandissant un drap blanc à la caméra.

Nasreddine Aloui est le nouvel imam de la mosquée Ennour dans la banlieue tunisoise de la Manouba. Son prédécesseur est l’un des deux militants salafistes tués par les forces de l’ordre mardi en riposte à une attaque contre deux postes de la garde nationale.

« Je vais faire la guerre à ces gens là car le ministre de l’Intérieur et les dirigeants du mouvement Ennahda ont choisi les Etats-Unis comme leur bon dieu, ce sont (les Américains) qui écrivent les lois et préparent la nouvelle Constitution », a-t-il martelé à l’antenne où il était en duplex.

Les ministres des droits de l’Homme, Samir Dilou, et de l’Intérieur, Ali Larayedh, tous deux issus du parti Ennahda, étaient sur le plateau et lui ont donné la réplique.

« Ce genre de discours est en partie responsable du sang versé, tu ne réalises pas que tes mots sont comme des balles. Je suis surpris de ton refus de l’autre », a lancé M. Larayedh.

« Tu n’es pas digne d’être un imam, ce discours est de l’incitation à la haine », a dit M. Dilou.

Ennahda a promis de serrer la vis face aux salafistes jihadistes après une série de violences, parfois sanglantes, orchestrées par cette mouvance rigoriste de l’islam sunnite et alors que l’opposition accuse le gouvernement de laxisme voire de complaisance à l’égard des extrémistes.

Avec AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
islammédiaspolitiquetunisieviolences

Related Articles

L’opposant gabonais, André Mba Obame, menacé d’arrestation

Le procureur de la République du tribunal de Libreville, Sidonie Flore Ouwé, a fait savoir, au cours d’un point de

RDC: Léon Kengo Wa Dondo n’est plus à la tête de l’opposition républicaine

[GARD align= »center »] L’opposition républicaine a tenu le 3 et le 4 juillet 2014, une convention dans la capitale congolaise, Kinshasa,

Burkina: le nouveau code électoral promulgué, le camp Compaoré vent debout

Le chef de l’Etat burkinabè Michel Kafando a promulgué vendredi un nouveau code électoral controversé, excluant de la présidentielle et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*