Uemoa: l’ex-président Soumaïla Cissé dément le blocage par la France d’un transfert de 27 milliards FCFA lui appartenant

[GARD align= »center »]

Soumaïla Cissé

Soumaïla Cissé, lors d’une conférence de presse le 13 août 2013.|© REUTERS/Joe Penne

L’ex-président de la Commission de l’UEMOA, Soumaïla Cissé, actuel chef de file de l’opposition malienne, a démenti le blocage par la France d’un présumé transfert de 27 milliards FCFA lui appartenant, qualifiant cette affaire d’ »allégation », dans un droit de réponse au quotidien sénégalais « L’Observateur ».

Dans sa parution  n° 3781 « du samedi 30 avril & 01 mai 2016 », le journal L’Observateur, a publié un article mettant en cause M. Soumaïla Cissé, dans lequel il était écrit : « La France vient de bloquer un transfert de 27 milliards FCFA appartenant à l’ex-président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), Soumaïla Cissé ».

Selon L’Observateur cette « manne financière devait quitter les caisses de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour être logée dans les coffres de Ecobank », appartenant à l’ex-patron de la Commission de l’UEMOA, Soumaïla Cissé.

« J’apporte ici le démenti le plus formel et sans équivoque à ces allégations. D’abord, je n’ai jamais possédé une telle somme et, si par bonheur, vous trouvez cette somme en mon nom, dans n’importe quelle banque de l’Union ou de la planète, je m’engage » à « en faire cadeau » à l’auteur de l’article Mamadou Seck, notamment « la moitié » de ce fonds « pour sa perspicacité », a-t-il écrit.

Selon M. Cissé, les procédures de l’UEMOA « n’autorisent pas un citoyen à donner des ordres de virement » à l’ »Institut d’émission qu’est la BCEAO ».

« Je n’ai jamais ouvert un compte dans les livres de Ecobank, et ce, dans aucun des pays où Ecobank a une agence », a-t-il ajouté.

L’Observateur indique par ailleurs que cette affaire a été découverte « au moment où, l’Agence française de développement (AFD) réceptionnait l’audit qu’elle avait commandité sur l’argent de financement des forages pour les pays de l’Union ».

« Les grandes lignes de l’audit révèlent que plusieurs puits (forages) n’ont pas vu le jour dans certains pays membres de l’UEMOA » qui devraient bénéficier de ces fonds. « C’est le cas du Sénégal où 2,5 milliards de FCFA ont été décaissés pour la réalisation de 300 forages. Bizarrement, plusieurs infrastructures n’ont pas vu le jour et d’autres jugées fictives », a rapporté le quotidien sénégalais.

En réponse, M. Cissé a rappelé que « le programme du Fonds d’appui à l’intégration africaine prévoyait 8.000 forages au total sur lesquels 3000 ont été réalisés sous (sa) présidence: 450 au Niger, 450 au Mali, 400 au Burkina, 400 au Togo, 400 au Benin, 300 en Côte d’Ivoire, 300 au Sénégal, 300 en Guinée Bissau », les villages bénéficiaires ayant « tous été proposés par les ministres chargés de l’hydraulique des différents pays ».

Ces écrits « portent largement atteinte à mon honneur, à ma dignité et à mon intégrité (…) je réaffirme que je suis serein face à cette nouvelle vague diffamatoire  et je reste, si besoin est, disponible, devant toute autorité compétente, pour renvoyer cette calomnie mourir dans les eaux troubles d’où elle surgit, à période régulière », a conclu M. Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la République et la démocratie (URD).

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
franceSoumaïla CisséUemoa

[fbcomments]

Related Articles

Le parti de Boni Yayi en tête de Législatives au Bénin

Au Bénin, le parti du président Thomas Boni Yayi a remporté les élections législatives, avec 32 sièges sur 83, mais n’a pas obtenu de majorité absolue, selon les premiers résulats partiels communiqués vendredi par la commission électorale.

Des manifestants bloquent l’accès à l’aéroport en Côte d’Ivoire

[GARD align= »center »] Des centaines de manifestants qui sont menacés d’expulsion de leur cité bloquaient mardi l’aéroport de Bouaké, deuxième ville

Les Sénégalais élisent leurs députés malgré des problèmes d’organisation

[GARD align= »center »] Retards à l’ouverture des bureaux, électeurs cherchant en vain où voter … les Sénégalais votaient dimanche malgré des

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*