Un « prophète » évangélique congolais condamné à 18 ans de réclusion pour assassinat

Un « prophète » évangélique congolais condamné à 18 ans de réclusion pour assassinat

CRETEIL (AFP) – Un pasteur évangélique de 36 ans, surnommé le « prophète », a été condamné vendredi à 18 années de réclusion par la cour d’assises du Val-de-Marne pour l’assassinat en 2006 d’une adepte de 19 ans qui souhaitait mettre un terme à leur liaison sentimentale.

Au terme de sept heures de délibéré, Odilon Nseka Mangani a été reconnu coupable d’avoir prémédité ce meurtre pour lequel l’avocate générale avait requis 25 années de réclusion.

Le 17 août 2006, Nanou Kapinga, étudiante en médecine, avait été retrouvée morte dans une ruelle de Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne) après avoir été atteinte dans le dos, à « bout touchant », par un tir de fusil. Dans ses bras, un dossier médical attestait d’un récent avortement.

Les soupçons s’étaient rapidement portés sur cet évangélique de la République démocratique du Congo (RDC) qui se faisait surnommer « le prophète » dans une cité où il comptait la victime, sa mère et ses deux soeurs parmi ses fidèles. Ensemble ils avaient fondé « L’Eglise des gagnants de la bonne nouvelle ».

Mis hors de cause avant d’être interpellé en 2008 en Belgique, M. Nseka a toujours clamé son innocence, affirmant pour ses derniers mots à la cour vendredi après-midi qu’il n’avait pas « le sang de Nanou sur (ses) mains ».  »

Dans son réquisitoire, l’avocate générale Martine Maze-Barthot avait brossé le portrait d’un « imposteur » qui s’est imposé dans la famille de la victime « sous couvert de prières » et dans le but de se marier pour obtenir des papiers et régulariser sa situation en France.

« Il lui a tiré une balle dans le dos parce qu’il n’acceptait pas qu’elle lui échappe, lui le prophète, il ne supportait pas qu’on lui résiste », avait-elle affirmé.

D’après l’avocate générale, M. Nseka usait de son statut d’homme d’Eglise pour séduire certaines de ses jeunes fidèles et collecter auprès de ses adeptes une « dîme » correspondant à 10% de leurs revenus. La propre mère de la victime lui versait ainsi 120 euros par mois.

Plaidant l’acquittement, ses avocats ont dénoncé le poids des rumeurs qui ont, selon eux, fait de M. Nseka « le coupable tout désigné » de la communauté congolaise locale, en dépit de son casier judiciaire vierge.

Ils ont également mis l’accent sur certaines pistes qui auraient été négligées par l’enquête et sur la faiblesse des preuves matérielles dans un dossier où l’arme du crime n’a jamais été retrouvée.

« On ne peut pas le déclarer coupable parce qu’il avait plusieurs petites amies, parce qu’il avait une religion particulière ou parce qu’il était peut-être un charlatan », avait plaidé Me Amrani.

Au cours de son procès, M. Nseka avait plusieurs fois vacillé face aux mises en cause de sa qualité d’homme d’Eglise, dans une cour d’assises qui s’est longuement attardée sur les différences entre pentecôtistes, protestants et évangéliques.

Relatant son itinéraire de prédicateur depuis sa RDC natale jusqu’à la France, l’accusé a affirmé être titulaire d’un diplôme de théologie et revendiqué son rang de prophète, chargé « de consulter la révélation de Dieu et de la transmettre au peuple ».

« Il avait dit à (la victime, ndlr) +ta vie sera courte. Je vais faire un truc qui va me faire aller en prison+. C’est peut-être la seule de ses prophéties qui s’est révélée vraie », selon les propos rapportés à la Cour par un des policiers chargés de l’enquête qui les avait recueillis auprès de la famille de la victime.

© 2012 AFP



Related Articles

RDC : L’état de santé d’Etienne Tshisekedi alimente les rumeurs

[GARD align= »center »] Certains le disent mort ! D’autres le croient très malade au point d’être hospitalisé. Mais sa famille dément toute

« L’actualité africaine en 5 titres » du 14 novembre 2016

[GARD align= »center »] Amisom: l’UA s’oppose à l’UE sur le paiement des salaires des soldats burundais L’Union africaine n’a pas accédé

Les images de Rohff agressant un jeune vendeur de 19 ans dans la boutique de Booba

La guerre entre les deux poids lourds du rap français, Booba et Rhoff avait atteint au mois d’avril dernier une

4c ommentaires

Espace commentaire
  1. Mwana Yakala
    Mwana Yakala 17 février, 2012, 16:20

    Un charlatan de moins !

    Répondre à ce commentaire
  2. Ramses
    Ramses 17 février, 2012, 22:36

    La fin du monde c’est quand on meurt alors ce batard n’a fait que raccourcir la prophetie faite pour cette jeune fille

    Répondre à ce commentaire
  3. samba tantu
    samba tantu 18 février, 2012, 02:20

    Une étudiante en medecine ! ce charlatan non seulement nous prive d’une personne dont le congo aurait bien besoin mais en plus va à l’encontre des paroles de ce que nous enseigne les ecritures qu’il prétend maitriser cet à dire »tu ne tueras point » pour cela 25 ans de prison semble bien peu cher payé mais cela doit nous interpellé sur ses eglises du sommeil qui pillule la ou la misere spirituel,intellectuel,rationnel à foutu le camp ! au royaume des aveugles le borne non seulement est roi mais surtt tyran !

    Répondre à ce commentaire
  4. fredman
    fredman 30 décembre, 2014, 20:28

    lui l’ami de dieu,il est trainé en prison non pas pour son dieu mais pour le sexe l’argent et le crime.pas etonant car c’est toujours jésus qui a raison de prédire qu’il les renierait en masse le grand jour du rendez vous de Dieu.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*