Un vieillissement rapide en Afrique

Un vieillissement rapide en Afrique

Un vieillissement rapide en AfriqueDans son analyse rendue publique hier à Paris, l’Institut national d’études démographiques (Ined) signale que le continent doit s’attendre à la situation même si les jeunes forment actuellement une grande partie de sa population.

« L’Afrique n’échappera pas au vieillissement de sa population en raison de l’allongement de la durée de la vie et de la diminution de la fécondité. Les projections annoncent que le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait y quadrupler d’ici à l’an 2050 », souligne l’Ined.

Pour cet institut, si les moins de quinze ans représentent 40% de la population en Afrique, estimée aujourd’hui à environ un milliard d’habitants, contre 27% dans l’ensemble de la population mondiale, le nombre de personnes âgées devrait quadrupler dans le continent entre 2010 et 2050, passant de 56 à 215 millions, soit presqu’autant qu’en Europe (241 millions).

 Pour ce qui est de la proportion des 60 ans et plus en 2010 (5,5%), le texte signale que cette catégorie d’âge devrait « doubler dans de nombreux pays africains si la fécondité continue de baisser au rythme actuel ».

De cette manière, le continent devra donc compter 22,5 millions de personnes de 80 ans et plus. Les auteurs de l’étude, que sont Valérie Golaz, Laurent Nowik et Muriel Sajoux, expliquent les défis qui résultent de cette situation pour un continent où les politiques sociales à destination des personnes âgées sont très peu développées.

Ils estiment que ce processus de vieillissement attendu en Afrique et qui sera plus rapide que dans les pays développés posera des défis en matière de prise en charge des personnes âgées, notamment en ce qui concerne la protection sociale et la santé.

Un accès difficile aux soins des personnes âgées Le texte s’appesantit sur les conditions de vie des personnes âgées au cas où la prise en charge de la vieillesse resterait sur la base de ce qui la fonde aujourd’hui. Il relève que la majorité des Africains n’est pas pour l’instant de retraite au sens où l’on entend dans les pays du Nord. En ce qui concerne la prise en charge des personnes âgées, elle repose, selon l’analyse, sur les solidarités privées.

L’Ined indique que « moins de 10% des personnes âgées peuvent prétendre à une pension de retraite »

Il s’agit essentiellement des fonctionnaires ou employés de grandes entreprises. Pourtant, les besoins en matière de santé augmentent avec l’âge. En matière de santé, l’étude noteque la plupart « des personnes âgées ne disposent pas de couverture sociale et ont un accès difficile aux soins ». Ce qui fait que ces personnes comptent sur « le réseau familial »pour subvenir à leurs besoins.

Pourtant, il est établi que les familles auront de plus en plus de mal à répondre convenablement aux besoins spécifiques de leurs aînés si elles n’étaient pas soutenues et relayées par des actions publiques de grandes portées. Pour ce faire, l’Ined pense qu’il est nécessaire aujourd’hui pour les pays africains de mener  « des politiques publiques adaptées », entre autres, la protection sociale et la retraite, pour faire face au défi du vieillissement. L’étude relève, par ailleurs, que des « changements sociaux et économiques majeurs s’observent l’échelle du continent et ont des répercussions sur les organisations familiales ».  Cette situation conduirait les jeunes générations à chercher à s’émanciper de la tutelle des aînés, d’autant que le statut social des personnes âgées sera « moins valorisé qu’auparavant ».

Ainsi, la diminution des ressources foncières favorisera une sorte d’exode rural : des départs en ville où les logements sont plus petits et plus chers sont signalés. Outre cela, l’augmentation du travail des femmes, les diplômes, les études font partie des causes qui changent les modes de vie tout en contribuant à affaiblir le soutien aux aînés.

 Nestor N’Gampoula

 

 


Tags assigned to this article:
afriquedémographienombrepopulation

Related Articles

Tchad : Idriss Deby ferme les frontières de son pays avec la Centrafrique

[GARD align= »center »] Il n’y a plus de frontières entre le Tchad et la Centrafrique, ou du moins, elles ne seront

Ethiopie: une appli mobile pour des accouchements plus sûrs

En Ethiopie, où 85% des femmes accouchent à domicile, souvent sans avoir bénéficié d’aucun suivi médical pendant leur grossesse, une

Congo: Enquête sur les explosions

  La montée de la fébrilité dans les milieux politiques Depuis la mise en route de l’enquête visant à établir

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*