Union Africaine: le Burundi avance les raisons de son retrait du Sommet de Kigali

[GARD align= »center »]

Pierre Nkurunziza, président du Burundi| Photo AP

Pierre Nkurunziza, président du Burundi| Photo AP

Le Burundi s’était retiré du dernier Sommet de l’Union Africaine de Kigali. Mardi, le ministre burundais des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale, Allain Aimé Nyamitwe a expliqué les raisons.

Le ministre Aimé Nyamitwe indique que le retrait vise premièrement à donner un message à la Commission de l’Union Africaine. Selon l’officiel burundais, l’organisation panafricaine a fait la sourde oreille aux sollicitations légitimes de Bujumbura par rapport aux agissements contraires aux standards internationaux, à l’acte constitutif de l’UA ainsi que le protocole sur les amendements de cet acte constitutif. Cet acte interdit aux Etats de se faire utiliser ou d’utiliser des éléments pour déstabiliser la sécurité et la quiétude d’autres Etats de l’UA.

Pour M. Nyamitwe, les sollicitations du gouvernement burundais à travers des rencontres directes avec la Présidente de la Commission de l’UA n’ont jamais abouti à faire cesser les attaques rebelles.

Le chef de la diplomatie burundaise avance que la deuxième raison est liée à la sécurité des membres de la délégation burundaise aux assises de Kigali. « Le gouvernement avait demandé d’avoir des garanties de sécurité pour nos délégations ministérielles et présidentielles et ces garanties ne sont jamais venues. Nous avons estimé donc que ce n’était pas prudent de participer à ces assises à un niveau aussi élevé sans que ces garanties soient données », a-t-il dit.

Le 27ème Sommet de l’Union Africaine s’est tenu au Rwanda dont le gouvernement et celui du Burundi se regardent en chien de faïence.

Qu’à cela ne tienne, la délégation burundaise a participé uniquement aux travaux d’experts et non au Sommet.

Le Burundi accuse le président rwandais Paul Kagame et son gouvernement de porter une aide militaire aux Burundais qui veulent déstabiliser le pays.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]



[fbcomments]

Related Articles

Angola: 17 opposants politiques condamnés à des peines de 2 à 8 ans de prison

[GARD align= »center »] Dix-sept opposants politiques angolais, poursuivis pour rébellion et tentative de coup d’Etat contre le président José Eduardo dos

Centrafrique : Edem Kodjo appelle Idriss Deby à revenir sur sa décision de retrait de ses troupes

[GARD align= »center »] La Fondation pour le Paix et le développement en Afrique (Pax Africana), présidée par Edem KODJO, ancien Secrétaire

Burundi: pour trouver de l’emploi, des jeunes recourent au faux et usage de faux

Au Burundi comme dans bien d’autres pays du continent africain, trouver un emploi est devenu la croix et la bannière.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*