La vague Facebook s’attaque aux transferts d’argent

La vague Facebook s’attaque aux transferts d’argent

[GARD align= »center »]

exchange of money on the internet isolated

Depuis deux ans, Facebook multiplie les acquisitions comme Instagram, WhatsApp ou encore Messenger Search. Mais cette fois, son fondateur Marc Zuckerberg ambitionne d’inclure le transfert d’argent à l’international dans ses services.

Selon le Financial Times, le réseau social au milliard d’utilisateurs, serait sur le point d’obtenir une autorisation de la banque centrale irlandaise pour émettre de la monnaie électronique. Les utilisateurs pourront en plus de « liker », envoyer de l’argent à leurs amis détenteurs d’un compte sur la plateforme. Ils feront également gagner à Facebook un important chiffre d’affaires qui atteindrait 436 milliards de dollars environ d’après la Banque Mondiale.

« Nous essayons d’explorer des choses qui ne sont pas intrinsèquement liées à Facebook » a déclaré Zuckerberg au New York Times le 16 avril.  Le réseau social tire l’essentiel de ses revenus de la publicité et des jeux sur lesquels il prélève 30% de commission à chaque transaction soit plus de 630 millions de dollars pour l’année 2013.

[GARD align= »center »]

Avec le service transfert d’argent, Facebook vise une clientèle de migrants venus des pays émergents. Les même pays émergents où Facebook tente de s’implanter massivement depuis quelques années.

Marie Hélène SYLVA
Paris – Oeildafrique.com

 

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
argentfacebooktransfert

Related Articles

Comores: la crise énergétique, priorité n°1 de la Banque africaine de Développement

Aider les Comores à surmonter la grave pénurie d’électricité qui paralyse l’activité économique et commerciale depuis des années reste la

Afrique du sud: le géant minier Amplats va supprimer 14 000 emplois

Le groupe Anglo American Platinum (Amplats), durement touché par les grèves dans les mines sud-africaines en 2012, a annoncé mardi

Le poids des investissements africains à l’étranger décolle de 57%

[GARD align= »center »] En marge des crises africaines qui font les gros titres dans les médias occidentaux, l’économie du continent témoigne

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*