Vatican : le pape nomme le cardinal Monsengwo président délégué du synode

Vatican : le pape nomme le cardinal Monsengwo président délégué du synode
Le cardinal Monsengwo président délégué du synode

Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa

Les évêques catholiques se retrouveront au Vatican en octobre pour réfléchir à la nouvelle évangélisation. Un de ceux qui dirigeront les travaux sera l’archevêque de Kinshasa

Une fois encore, le pape vient de montrer la confiance qu’il place dans une grande figure de l’Église d’Afrique centrale. Samedi 30 juin, en effet, il a nommé le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, un des trois présidents délégués du synode de l’Église catholique sur la nouvelle évangélisation. L’honneur est visiblement grand. Car, ainsi que le soulignaient samedi les journaux italiens, le pape n’a appelé à cette fonction enviée aucun de ses proches collaborateurs de la curie romaine. Il a fait appel à un Chinois (de Hong-Kong), un Mexicain (l’archevêque de Guadalajara) et, donc, à un Africain qu’il connaît bien : le cardinal Monsengwo.

Le synode, prévu du 7 au 28 octobre au Vatican, s’annonce comme un événement majeur de l’histoire de l’Église catholique. Théologien affirmé, Benoît XVI a plusieurs fois dit sa volonté de remuer le cocotier, en quelque sorte, en réaffirmant qu’il n’est pas tout de recevoir la foi, il faut aussi l’entretenir. C’est en ce sens que la nouvelle évangélisation devient un impératif pastoral d’importance. Le pape allemand explique que l’évangélisation à laquelle invitent les temps nouveaux ne sera pas nouvelle par ses acteurs et son message, mais dans ses méthodes. C’est pourquoile thème du synode à venir est « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne ».

Le pape indique assez sa volonté de ramener l’Occident, de vieille tradition chrétienne, à ses racines de foi en lui rappelant qu’il est à l’origine de l’expansion du christianisme dans le monde. Qu’il s’en détourne aujourd’hui, ou même le combatte, lui paraît assez paradoxal. Les personnalités qu’il appelle à ses côtés pour animer les débats sont éclectiques. Les présidents délégués d’un synode, grand rassemblement des évêques catholiques, dirigent les travaux même en présence du pape. Cela témoigne de cette volonté de rallumer la flamme de la foi partout. Ainsi c’est le cardinal Donald William Wuerl, archevêque de Washington, qui en sera le rapporteur général, alors que l’archevêque de Montpellier (France), Mgr Pierre-Marie Carré, en sera le secrétaire général.

Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya commence à asseoir une image de grande stature intellectuelle au Vatican. Nommé cardinal en novembre 2010 seulement, le pape l’a déjà invité à venir prêcher les exercices spirituels de Pâques à la curie romaine cette année. Avant lui, seul l’ancien archevêque de Luanda avait été appelé à venir prêcher une retraite au pape au Vatican, un insigne honneur donc et une marque de grand intérêt, assurément.

Lucien Mpama

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
cardinal MonsengwopapeprésidentsynodeVatican

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 03 septembre 2016

[GARD align= »center »] Jean Ping : « le président de la République, c’est moi »  Jean Ping, qui a donné une conférence de

Velléités de modification constitutionnelle: Hollande met en garde les chefs d’Etat africains

 [GARD align= »center »] Le président français François Hollande a mis en garde tous les chefs d’État africains sur une tentative de

L’Afrique a attiré 56 millions de voyageurs en 2013

[GARD align= »center »] Un vent d’embellie souffle sur la destination africaine. Le dernier rapport de la Banque mondiale sur le secteur

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*