VIDÉO – Idriss Déby accuse la France d’être intervenue au Tchad pour changer la Constitution

[GARD align= »center »]

“J’aurais souhaité m’arrêter en 2006 après mon second mandat. J’aurais alors cédé le pouvoir. Mais la guerre a éclaté. Des mercenaires ont attaqué N’Djamena. Et alors que je ne le voulais pas, la France est intervenue pour changer la Constitution. Il y a un constitutionnaliste dont je ne connais même pas le nom qui est venu ici. J’ai dit que je ne voulais pas changer la Constitution mais ils sont passés par leurs arcanes et ont changé la Constitution.“

Je dis qu’en tant que soldat j’avais donné ma parole de quitter le pouvoir en 2006 mais deux choses sont intervenues : la guerre et la France. (…) Maintenant, ce sont ceux-là même qui ont changé la Constitution qui me critiquent. (…) La guerre s’est arrêtée en mai 2008. La longévité dans ces fonctions n’est pas une bonne chose mais il ne faut pas non plus laisser le pays dans un désordre. Entre deux maux, il faut choisir le moindre. (…) Le jour où le peuple tchadien me dira de partir, je partirai, a expliqué le président dans un entretien à RFI, TV5 Monde, et le quotidien Le Monde.

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Idriss DébyinterviewTchad

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

L’archevêque de Kinshasa choisi par le pape François pour travailler sur la réforme de la curie romaine

L’archevêque de Kinshasa, Cardinal Laurent Monsengwo fait désormais parti des huit cardinaux qui aideront le pape de l’église catholique dans

Gabon: «Plus aucune matière première ne sera exportée sans une transformation locale»

A l’occasion de la célébration du 53ème anniversaire de l’indépendance du Gabon, le chef de l’Etat a prononcé le 16

Mauritanie: stabilité en dépit de l’absence prolongée du président Aziz

Le 13 octobre, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz était blessé par balle près de Nouakchott et évacué en

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*