VIDÉO – Idriss Déby accuse la France d’être intervenue au Tchad pour changer la Constitution

[GARD align= »center »]

“J’aurais souhaité m’arrêter en 2006 après mon second mandat. J’aurais alors cédé le pouvoir. Mais la guerre a éclaté. Des mercenaires ont attaqué N’Djamena. Et alors que je ne le voulais pas, la France est intervenue pour changer la Constitution. Il y a un constitutionnaliste dont je ne connais même pas le nom qui est venu ici. J’ai dit que je ne voulais pas changer la Constitution mais ils sont passés par leurs arcanes et ont changé la Constitution.“

Je dis qu’en tant que soldat j’avais donné ma parole de quitter le pouvoir en 2006 mais deux choses sont intervenues : la guerre et la France. (…) Maintenant, ce sont ceux-là même qui ont changé la Constitution qui me critiquent. (…) La guerre s’est arrêtée en mai 2008. La longévité dans ces fonctions n’est pas une bonne chose mais il ne faut pas non plus laisser le pays dans un désordre. Entre deux maux, il faut choisir le moindre. (…) Le jour où le peuple tchadien me dira de partir, je partirai, a expliqué le président dans un entretien à RFI, TV5 Monde, et le quotidien Le Monde.

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Idriss DébyinterviewTchad

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Mali : plusieurs chefs d’Etat étangers à Bamako pour l’investiture festive du président IBK

Plusieurs chefs d’Etat du continent africain et d’ailleurs ont déjà foulé le sol malien pour participer à la cérémonie solennelle

Offensive contre Boko Haram : Les soldats tchadiens « ne sont pas » encore sur le sol nigérien

[GARD align= »center »] Le ministre nigérien de la Défense, Hassoumi Massaoudou, a indiqué que les soldats tchadiens n’étaient pas encore arrivés

Sénégal: Le fils de l’ex-Président, Karim Wade, en procès dans deux mois

[GARD align= »center »] Prévenu d’enrichissement illicite et de corruption sur un montant de 300 milliards francs CFA, Karim Wade qui est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*