[Vidéo inédite]: Dans la guerre du Nord-Kivu en RDC avec le Colonel Mamadou Ndala

[Vidéo inédite]: Dans la guerre du Nord-Kivu en RDC avec le Colonel Mamadou Ndala

[GARD align= »center »]

Le colonel Mamadou Mustafa Ndala des FARDC

Le colonel Mamadou Mustafa Ndala des FARDC/Photo Facebook

La mort du colonel Mamadou Ndala n’a pas encore délivré tous ces secrets mais continue de secouer la République Démocratique du Congo (RDC). La justice militaire  a été chargé de faire al lumière sur cette perte de l’armée congolaise. L’aide de camps du défunt colonel a été arrêté le 18 janvier à Kinshasa après une semaine de fuites. La disparition du colonel Ndala aura permis de découvrir la violence que vivent ses soldats qui ont accepter de mourir pour leur pays. Des images inédites publiés sur le site congolais congomikili.com a fini par rendre réel une guerre qui était jusqu’alors sans images.

Au coeur de la guerre

De la mort du colonel Ndala, la vidéo ne donne pas d’éléments permettant de comprendre ce qui s’était passé et conduit le 42eme régiment de l’armée congolaise (FARDC) à tomber dans une embuscade inimaginable puisqu’elle s’était produite dans un secteur sous contrôle de l’armée nationale. Par contre cette vidéo plonge les spectateurs dans ce que les services de communication des armées refusent de montrer aux populations. La crainte d’une prise de conscience réel de la situation par les concitoyens y est pour beaucoup. A plus de deux heurs d’avion de Kinshasa, la capital de la RDC, la guerre au Nord-Kivu, sans images reste « imaginaire » pour beaucoup.

La voix « off » explique en introduction de la vidéo que cette publication était l’un des souhaits du colonel Mamadou Ndala. En effet, pour le colonel, il fallait faire connaitre leur dévotion, leur lutte pour maintenir un Congo uni et bouter dehors les troupes étrangers qui perturbent depuis une décennie la quiétude des populations locales et opèrent un pillage des ressources miniers de la RDC.


 A lire aussi: ADF/NALU ou FARDC qui a tué le colonel Mamadou Ndala ?


Une préparation musclée, chants militaires pour la motivation des troupes, le 42eme régiment du colonel Mamadou Ndala se préparait à ce grand combat qui les attendait face aux rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23). Dès les premiers batailles, le colonel va connaitre une blessure atteint par une balle à la jambe. On voit une équipe médicale le soigner tant bien que mal. A Ruthuru, le 42eme expose ces prisonniers de guerre. 

Tout au long des 34 minutes de la vidéo, les armes lourdes se font entendre. Les avances des hommes de Mamadou Ndala sont suivis par le caméraman « personnel » du colonel. Toujours derrière le leader du régiment, la camera ne rate rien des actions et du courage de ce vaillant soldat. Coller à sa radio, il donne les ordres et indications sur les opérations. Dans la forêt, il veille à tout, sommant un soldat d’éteindre ilico sa cigarette (Likaya en Lingala).

En meneur d’hommes, il distille les conseilles et supervise avec l’aide de la force d’intervention rapide de Monusco (ONU) l’assault finale qui conduira le M23 a reconnaitre sa défaite et à s’enfuir vers l’Ouganda où ils seraient aujourd’hui en cours de restructuration et de renaissance.

Roger Musandji

Oeildafrique.com

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
congomikiliguerreMamadou NdalaRDC

Related Articles

Droit de réponse de l'UDPS suite à l'article de Colette Braeckman

Si à la publication de l’article de Colette Braeckman dont nous avions fait l’écho ici. Nous nous devions également de

RDC: six militants de la Lucha graciés par le président Joseph Kabila

[GARD align= »center »] Six militants du mouvement des jeunes indignés opposés à toute prolongation du mandat du président congolais Joseph Kabila,

De plus en plus de déplacés et de blessés de guerre en RDC

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) s’est engagé jeudi à poursuivre ses efforts afin de venir en aide

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*