Viols : Indignation en Afrique du Sud

Viols : Indignation en Afrique du Sud

Les manifestations contre les viols se sont poursuivies vendredi dernier en Afrique du Sud. Le weekend dernier, une fille de 17 ans a été violée par un groupe d’individus et sévèrement agressée. Elle est morte à l’hôpital. Ce qui a conduit à une vague d’indignation dans le pays.

La campagne contre le phénomène a pris une nouvelle tournure ce vendredi avec la décision des radios locales de diffuser un bip sonore toutes les quatre minutes pour symboliser la fréquence des viols dans le pays.

Le débat s’est intensifié durant la journée à travers les ondes des radios. A Bredasdorp, dans la région du Cap, où Anene Booysen a été violée, des rassemblements ont eu lieu et des dizaines de personnes ont exprimé leur colère.

Plus tôt cette semaine, le président Jacob Zuma a appelé la justice à plus de sévérité dans les verdicts contre ceux qui sont reconnus d’avoir commis des viols.

Le leader de l’opposition parlementaire, Lindiwe Mazibuko, a déclaré que les Sud-africains vivaient dans une société profondément patriarcale dans laquelle les droits des femmes n’étaient pas respectés.

Trois hommes sont en détention dans le cadre de l’enquête sur cette affaire. Ils comparaitront la semaine prochaine devant un juge.

 

Source: BBC Afrique


Tags assigned to this article:
afrique du sudvictimesviols

Related Articles

Arrestation des huit policiers responsables de la mort d’un mozambicain

Les policiers coupables d’avoir traîné derrière leur véhicule un Mozambicain décédé ensuite au commissariat ont été mis à pied et

Afrique du Sud: 20 écoliers tués dans un accident de bus

[GARD align= »center »] Vingt écoliers ont été tués vendredi dans un accident de bus qui s’est produit près de Pretoria, ont

Les prétendants à la succession de Jacob Zuma

[GARD align= »center »] En Afrique du Sud, la course à la direction du Congrès national africain (ANC) est lancée depuis le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*