Visite au Congo du président rwandais Paul Kagame

Visite au Congo du président rwandais Paul Kagame

Le président rwandais Paul Kagame est arrivé samedi à Oyo, à 400 km au nord de Brazzaville, pour une visite officielle de deux jours au Congo, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le président Kagame a atterri à l’aéroport d’Ollombo, près d’Oyo, à 12h00 (11h00 GMT), où il a été accueilli par son homologue congolais Denis Sassou Nguesso.

Les deux chefs d’État doivent, selon le programme officiel visiter une palmeraie et un ranch à quelques kilomètres d’Oyo, village natal de Denis Sassou Nguesso.

Les deux hommes « vont certainement aborder des sujets liés aux crises récurrentes dans la région des Grands Lacs et notamment la crise dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) », a indiqué à l’AFP une source à la présidence du Congo.

L’armée de RDC affronte depuis mai le Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion active dans la province minière et instable du Nord-Kivu (Est). Selon l’ONU, le M23 est soutenu par le Rwanda et l’Ouganda voisins, qui réfutent toute implication.

La dernière visite de Paul Kagame au Congo remonte à 2011. Le 12 septembre dernier, Joseph Kabila, le président de RDC a également séjourné à Oyo au cours d’un week end.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Congo-Brazzaville

Related Articles

Congo: ouverture du procès des explosions meurtrières de mars 2012

La première audience du procès d'une vingtaine de militaires et de sept civils inculpés dans l'affaire des explosions d'un dépôt

Burundi : La Croix-Rouge a besoin de 1,3 million de dollars pour sauver les réfugiés

La crise politique en cours au Burundi ne cesse de causer le départ de plusieurs burundais qui se réfugient dans

Bosco Ntaganda veut être jugé en RDC

L’officier mutin a déclaré être disposé à faire face à un tribunal de son pays plutôt que de se rendre à

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*