Vital Kamerhe : « Les délégués n’ont pas demandé un 3e mandat pour Kabila »

[GARD align= »center »]

Vital Kamerhe et Joseph Kabila

Vital Kamerhe et Joseph Kabila

Intervenant jeudi à l’ouverture du dialogue politique congolais, l’opposant Vital Kamerhe a laissé entendre que lors des travaux préparatoires sous l’égide du facilitateur de l’Union Africaine, les délégués de la majorité présidentielle n’avaient pas demandé un troisième mandat pour Joseph Kabila.

En RDC, le dialogue politique convoqué par le président Joseph Kabila s’est ouvert. Il devrait permettre de discuter des sujets de réformes en prélude aux prochaines élections.  Problème, le dialogue est convoqué alors que le président Kabila achève son deuxième et dernier mandat au mois de décembre prochain. Ses opposants le soupçonnent de vouloir rester au pouvoir au-delà de ce délai. 

C’est ainsi qu’une partie de l’opposition participe aux travaux. Les autres ne veulent pas entendre parler d’un dialogue. Ils réclament le départ de Joseph Kabila à la fin de son mandat en décembre prochain.

Vital Kamerhe, le patron de l’UNC fait partie de ceux qui participent aux travaux du dialogue. L’opposant appelle ses pairs à participer au forum pour préparer des élections apaisées et crédibles.

« A l’issue des travaux préparatoires, je n’ai pas noté qu’ils [les délégués de la majorité] ont demandé un troisième mandat pour le président Kabila. Nous ne l’accepterons pas. Que ceux qui sont dehors viennent avec leur sagesse et leur intelligence pour qu’ensemble, nous puissions donner à notre peuple le calendrier électoral », a déclaré Vital Kamerhe.

Certains opposants ont exigé plusieurs préalables avant la participation aux débats. Vital Kamerhe salue certaines mesures de décrispation du climat politique prise par le pouvoir congolais. 

« C’est l’occasion de remercier le pouvoir qui a commencé à prendre un certain nombre de mesures pour décrisper cette ambiance qui ressemblait à une guerre entre l’opposition et la majorité. Quelques prisonniers de guerre et d’opinion ont recouvré la liberté. Geste appréciable. Des télévisions ont été ouvertes à Kinshasa. C’est un pas dans la bonne direction », affirme le président de l’UNC.

Dans le même temps, M. Kamerhe invite le gouvernement congolais à aller jusqu’au bout dans la libération des prisonniers politiques et d’opinion, à ouvrir tous les médias fermés jusque-là.

« C’est tout le monde qui va gagner. Ça va élever le pouvoir. Ça ne va pas l’humilier », avance-t-il.

Dans cette même logique, Vital Kamerhe a demandé au facilitateur de suspendre les travaux pour permettre aux opposants présents de tenter de convaincre les autres opposants de les rejoindre.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
kabilaRDCVital Kamerhe

[fbcomments]

Related Articles

Gabon: manifestation contre les crimes rituels, trois personnes arrêtées

Trois militants de la société civile proches de l’opposition ont été arrêtés samedi lors d’une manifestation différente de celle organisée

RDC: le parti de Jean-Pierre Bemba annonce sa participation aux concertations

Le Mouvement de libération du Congo (MLC), deuxième parti d’opposition parlementaire en République démocratique du Congo, a annoncé mardi qu’il

Rwanda: le débat autour du 3e mandat de Paul Kagame est lancé

[GARD align= »center »] Trois petits partis rwandais, proches du pouvoir, ont lancé le débat sur le maintien à la tête de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*