Vols, braquages, cambriolages : la RDC à l'heure des criminelles

Vols, braquages, cambriolages : la RDC à l'heure des criminelles


Il n’y a plus une journée sans son faits divers sur les voles
, braquages et autres cambriolages. La RDC n’a jamais inspiré confiance. La délinquance et autres agressions subi par la population ne pourra jamais attirer les investisseurs et touristes en mal de destination pour dépenser leur devises.

Retour sur l’année 2011 et ses cambriolages

Dès le début de l’année la ville de Kisangani avait tiré la sonnette d’alarme au mois d’avril avec quatre cas enregistrés dont trois  à main armée avec des victimes blessées par balle. Les responsables en charge de la sécurité dans la ville  disent avoir ouvert des enquêtes. La société civile appelle à la sécurisation de toute la ville.
Lors de ses agressions , les personnes avaient emporté bijoux, téléphones  et argent après avoir tiré plusieurs balles sur deux personnes. En février dernier, la ville de Kisangani a enregistré d’autres cas de cambriolage, faisant un mort et deux blessés par balles.

A Komanda près de Bunia, l’entreprise de télécommunication Airtel avait elle aussi subi une tentative de cambriolage. Les auteurs des faits avaient été interpellé par la police mais 3 d’entre eux courent toujours.
Au Sud-Kivu plusieurs cas de voles ont également été signalés. Des cambrioleurs avaient emporté deux lots de pagne appartenant à une commerçante à sange. La victime s’était réveillée, le matin, surprise de retrouver la porte de la maison grandement ouverte, avant de se rendre compte du vol.

Cambriolage à la RVA

Dans la nuit du 24 au 25 octobre 2011, 19 000 $US destinés aux salaires des agents de la Régie des voies aériennes (RVA) ont été emportés, au siège de cette entreprise à Bunia (Province Orientale).  Les auteurs du vol avaient réussi à forcer le coffre fort de la RVA avec une scie à métaux pour commettre leur forfait. Fumuangani Basisa, commandant de la RVA  déclarait que son service n’était plus en mesure de payer les salaires de ses 35 agents. Il expliquait en outre les salaires, une partie de cet argent devait être affecté au fonctionnement de cette entreprise.

A Goma aussi, on braque

Quatre hommes armés ont disparu dans la nature, mercredi 21 décembre, après avoir dévalisé une jeep qui convoyait de l’argent appartennant à la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (Biac). Ils ont emporté un million USD. La jeep a été retrouvée sur l’avenue Ruzizi au quartier Mapendo de Goma, avec des effets militaires et une somme de 50 000 euros à l’intérieur. La police dit avoir ouvert l’enquête à ce sujet.

La jeep sans immatriculation a été découverte vers 14 heures locales par les habitants de Mapendo, à quelques centaines de mètres de la frontière avec le Rwanda. Alertée par les cadres de base de ce quartier, la police a fouillé le véhicule et y a trouvé trois armes de guerre, trois tenues militaires, trois paires de bottines et un colis de cinquante mille euros avec des bons de transfert abandonnés par les fuyards.

La jeep des agents de Biac a été attaquée par ces bandits pendant qu’elle convoyait cet argent, de l’aéroport vers la représentation locale de la banque.

Selon des sources policières, le million de dollars disparu venait d’être transféré de Kinshasa à Goma pour le compte de la Biac. Tandisque les 50 000 euros devraient normalement être transférés à Kinshasa. Mais ce transfert n’a pas pu se faire, suite à une perturbation du programme des vols.

Trois personnes, deux civils et un policier, ont été déjà arrêtées pour motif d’enquêtes dans ce dossier, a indiqué la police.

 

Roger Musandji

Source: radiookapi


Tags assigned to this article:
argentsémeuteskinsahsakivuRDCviolencevols

Related Articles

L’inéfficacité de la Monusco en 13 ans de présence en RDC

En RDC depuis 1999, la mission onusienne est actuellement au centre d’une controverse sur le bien fondé de sa longue

Retour à Cotonou du président Talon après bilan médical

[GARD align= »center »] Le chef de l’Etat béninois Patrice Talon a regagné Cotonou mardi soir, après avoir effectué un « bilan post

Nigeria: quatre morts lors d’un affrontement entre armée et police

[GARD align= »center »] Un soldat et trois policiers sont décédés mercredi lors d’un affrontement entre l’armée et la police nigériane dans

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*