Washington sanctionne le général Olenga, un proche du président Kabila

Le chef de l’armée de terre congolaise, le général François Olenga, le 25 novembre 2012 à Minova © AFP Tony Karumba

François Olenga, général en charge de la garde rapprochée du président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila, a été ajouté jeudi sur la liste noire financière de Washington. Ses avoirs seront gelés et il lui est autres également interdit de voyager pour les Etats-Unis.

[GARD align= »center »]

Les Etats-Unis ont placé jeudi sur leur liste noire financière le général en charge de la garde rapprochée du président de la République démocratique du Congo (RDC) Laurent Kabila, pour ses entraves au processus démocratique dans le pays.

A la tête de la « Maison militaire » du président, qui supervise notamment la Garde républicaine, François Olenga est accusé par Washington d’avoir « sapé le processus démocratique » dans le pays, plongé dans la crise depuis le maintien au pouvoir de M. Kabila après l’expiration de son mandat en décembre.

Sous son contrôle, la Garde républicaine aurait « harcelé des opposants politiques », procédé à des arrestations et exécutions « arbitraires » et entravé l’action des observateurs de l’ONU, détaille le Trésor américain dans un communiqué.

Aux termes de ces sanctions, le général Olenga voit ses éventuels avoirs aux Etats-Unis gelés et ne pourra pas nouer de relations d’affaires avec des entités ou individus américains. Le complexe touristique Safari Beach, situé aux abords de la capitale Kinshasa et placé sous son contrôle, est également visé, indique le communiqué.

« Cette mesure contre Olenga envoie clairement le message que des actes continus de violences, d’agression et d’élimination commis par l’armée congolaise contre ses propres citoyens sont inacceptables », a commenté John Smith, le directeur de l’entité du Trésor en charge des sanctions (OFAC).

Fin décembre, neuf hauts responsables de l’appareil sécuritaire congolais avaient déjà été sanctionnés par Bruxelles et Washington, accusés de violences ou d’entrave à l’élection présidentielle censée se tenir dans le pays « fin 2017 ».

Avec AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
RDCsanctionsusa

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

RDC: poursuite des violences sexuelles massives et systématiques

Le redéploiement des groupes armés se fait sur les corps des femmes dans l’Est de la RDCongo, où les violences

Référendum au Congo : le collectif « Tournons la Page » dénonce le « silence » de la France

Le collectif d’associations européennes et africaines « Tournons la Page » a dénoncé mardi, dans une lettre ouverte à François Hollande, « le

RDC : Depuis sa cellule de la Haye, Bemba nourrit son ambition de se présenter à la présidentielle de 2016

 [wp_ad_camp_3] Jean Pierre Bemba, ancien Vice Président de la République Démocratique du Congo et actuel leader du Mouvement de libération

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*