Wikileaks, un allier des USA ?

Wikileaks, un allier des USA ?

Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai jamais cru à toute cette histoire entourant le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. À y regarder de très près, les fameuses « fuites » divulguées par WikiLeaks n’ont rien apporté de nouveau à ce que la plupart des spécialistes savaient déjà. En revanche, on constate que la plupart des câbles diplomatiques divulgués concernaient les dirigeants que les États-Unis vont renverser quelques mois après. C’est notamment le cas de Ben Ali, Moubarak et surtout Kadhafi pour ne citer que ceux-là.

En fait, c’est WikiLeaks qui a beaucoup alimenté l’argumentaire contestataire des révoltes arabes. Coïncidence? Pas trop sûr. À preuve, la plupart des organisations ayant participé au « monitoring » de WikiLeaks ont eu comme « bienfaiteur » le milliardaire Georges Soros, lequel est à la tête d’un vaste réseau mondial d’ONG. Mieux encore, Mark Stevens, l’un des avocats d’Assange est également l’avocat de L’Open Society Institute (qui a joué un rôle important dans la révolte arabe) de… Georges Soros. Tout porte donc à croire que le jeune Bradley Manning, le jeune officier américain à l’origine des « fuites » vers WikiLeaks, a été manipulé par les services de renseignements de son pays. Il dit lui-même que « les câbles divulgués sont certes un peu embarrassants pour les États-Unis mais pas aussi importants pour compromettre la sécurité de l’Amérique. » Les choses sont très claires. WikiLeaks a préparé le terrain, à conditionner les esprits à des actions d’envergure contre des pays ciblés par les États-Unis.

L’acharnement contre Assange relève plus d’une tactique de diversion qu’autre chose. Cela n’est d’ailleurs pas nouveau avec les Américains. On se rappellera du cas Lester Coleman, cet ancien agent de la DIA(les renseignements militaires américains) qui avait révélé que Ahmed Jibril du FLP-CG (utilisé par l’Iran et la Syrie) s’était servi d’une opération de trafic de drogue « contrôlé » pilotée par les agents de la DEA pour introduire la bombe qui servira dans l’attentat de Lockerbie. Les dirigeants américains sont d’un tel cynisme!!! Quant à moi, je bois mon lait.

Par Patrick Mbeko
Auteur du livre, Le Canada dans les guerres en Afrique Centrale
Nègre édition

Patrick Mbeko

Patrick Mbeko

L'analyste des questions géopolitiques.


Tags assigned to this article:
usaWikiLeaks

Related Articles

France : Quel Hollande pour l’Afrique ?

Et le septième président de la Ve République est… François Hollande ! Exit donc Nicolas Sarkozy ! Game over.«Ce peuple

Dialogue national en RDC : La classe politique réagit diversement à cette initiative

Très récemment, un émissaire du président de la République Démocratique du Congo, Kalev Mutond, qui plus est le chef de l’Agence nationale des renseignements (ANR), a rencontré différentes plateformes de l’opposition

Y a t-il des acquis démocratiques en Occident qui n’existent pas en Afrique ?

[GARD align= »center »] L’auteur et analyste de questions géopolitiques, Patrick Mbeko nous relate une conversation avec compatriote africain sur les acquis

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Hannah
    Hannah 20 novembre, 2013, 20:06

    Exact ..Bien vu ..Oui c’est ce que disent les sites américains des Vétérans des diverses guerres Us. Manipulations car Israel n’est pas cité alors que les ennemis de l’Empire Us et UE sont systématiquement cités avec de gros mensonges comme Assad et Kadhafi, et l’iran : http://www.veteranstoday.com/2010/11/27/gordon-duff-wikileak-predictions-sticking-my-neck-out-2/

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse.

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*