Yayi Boni sollicité par des investisseurs internationaux pour parrainer une fondation

[GARD align= »center »]

L'ex-président béninois Boni Yayi|Wilson Dias/ABr

L’ex-président béninois Boni Yayi|Wilson Dias/ABr

L’ancien chef de l’Etat béninois, Dr Thomas Yayi Boni, a été désigné par d’importants investisseurs Américains, Français, Britanniques, Japonais, Nigérians, Ghanéens, Sénégalais, Sud-africains, Ivoiriens… pour parrainer la Fondation africaine d’intelligence économique et de l’économie numérique (FAIE).  

Cette Fondation dont l’objectif est au service du développement et de la prospérité de l’Afrique, vise à révolutionner le numérique sur le continent. Elle devrait être incessamment portée sur les fonts baptismaux, avec la participation d’investisseurs privés, Anglais, Américains, Français, Britanniques, Japonais, Nigérians, Sud-Africains, Sénégalais, Ivoiriens, Ghanéens…

La Fondation africaine d’intelligence économique a également pour mission de sensibiliser l’Afrique sur la nécessité d’accélérer les réformes économiques, politiques et sociales afin que tous les pays puissent tirer un grand profit de leurs richesses.

En dépit de considérables efforts consentis par les gouvernants, l’Afrique reste toujours à la traîne dans plusieurs domaines, entre autres, l’économie numérique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’économie bleue.

Il s’agira d’offrir les opportunités d’accéder aux nouveaux métiers de l’économie de la connaissance pour créer de nouveaux emplois dans les domaines du Bio mimétisme et de l’économie bleue au profit de la jeunesse africaine. La Fondation s’associera avec les Etats africains pour lever le préalable, selon l’associé, Dr Amath Soumaré.

Ce projet de la Fondation vise donc à mettre en place en Afrique une plateforme régionale et continentale relative aux TIC. Il propose les points suivants: l’adoption d’une politique nationale qui fait de la maîtrise de l’outil informatique une exigence basique pour tous les citoyens africains; l’adoption de la certification (113), qui est une norme métrique internationale dans le domaine des TIC comme norme en Afrique.

Les initiateurs de cette Fondation, qui comprend des fonds internationaux, ont ainsi fait le choix de l’ancien président de la République du Bénin, Yayi Boni, eu égard  à son parcours d’économiste qui l’a conduit à la présidence de la Boad et sa riche expérience à la tête de son pays.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
économieinvestissementsYayi Boni

[fbcomments]

Related Articles

Congo Brazzaville : Le gouvernement signe un accord de fourniture d’avions chinois ARJ21

[GARD align= »center »] Un mémorandum d’entente sur l’éventuelle fourniture d’avions à l’Etat congolais vient d’être signé entre les sociétés chinoises COMAC,

Bruxelles: le Rebranding Africa Forum et le défi de l’industrialisation de l’Afrique

[GARD align= »center »] Le Rebranding Africa Forum (RAF) a démarré ce 13 octobre sa troisième édition sous le thème « Relever le

Lancement à Paris d’Objectif Afrique Avenir « O2A »

[GARD align= »center »] Jeudi 27 janvier 2017 à Paris a eu lieu la première rencontre organisée par Objectif Afrique Avenir « O2A »

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Sylviane
    Sylviane 26 octobre, 2016, 13:31

    VIVE L’AFRIQUE!

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse.

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*