Yoweri Museveni, médiateur au Burundi: «le pouvoir, l’opposition et la société civile ont accepté de négocier pour arriver à un accord»

Yoweri Museveni, médiateur au Burundi: «le pouvoir, l’opposition et la société civile ont accepté de négocier pour arriver à un accord»
Yoweri Museveni

Le président ougandais Yoweri Museveni|DR

Le nouveau médiateur, Yoweri Museveni dans la crise burundaise a livré mercredi, lors d’une conférence de presse les points de la première phase de sa médiation. Le président ougandais a annoncé que le parti au pouvoir au Burundi, les partis de l’opposition et la société civile ont accepté de négocier pour arriver à un accord.

  Le successeur d’Abdoulaye Bathily au rôle de médiateur dans la crise qui déchire le Burundi n’a livré que deux points dans la première phase de sa médiation entamée mardi.

«Le premier point est que le parti au pouvoir au Burundi, les partis de l’opposition et la société civile ont accepté de négocier intensément et continuellement, et expéditivement pour arriver à un accord », a affirmé Yoweri Museveni.

Deuxième point évoqué par le président ougandais est que le gouvernement a reporté la date des élections pour permettre les négociations, c’est-à-dire au 21 juillet prochain. «Mais malheureusement, il y a des problèmes a propos du médiateur (Abdoulaye Bathily de l’ONU, Ndlr) qui a été rejeté par toutes les parties. Ce qui a fait perdre du temps pour la médiation. Mais les parties se sont convenues sur une médiation rapide pour rattraper ce temps perdu».

Sans donner l’occasion à la presse de poser des questions, Yoweri Museveni a laissé entendre : «Je n’ajouterai rien, non pas parce que je n’ai rien à y ajouter, mais parce qu’il n’est pas encore temps pour le faire…On ne peut pas servir un repas, tant qu’il n’est pas encore prêt».

© OEIL D’AFRIQUE

 



[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Processus électoral en RDC: le président Kabila n’accepte pas les « injonctions » étrangères

[GARD align= »center »] Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a déclaré lundi à Kinshasa qu’il n’acceptait pas

Congo : le gouvernement rejette en bloc les conclusions de l’enquête de « Public Eye »

[GARD align= »center »] Le gouvernement congolais rejette en bloc les affirmations de l’Ong Suisse « Public Eye » concernant l’écoulement du

RDC: des centaines de magistrats en grève illimitée pour obtenir une hausse de salaire

 [GARD align= »center »] Plusieurs centaines de magistrats de la République démocratique du Congo ont entamé lundi une grève illimitée pour demander

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*