Zimbabwe: attaquée par Mugabe, la vice-présidente se défend

Zimbabwe: attaquée par Mugabe, la vice-présidente se défend

 [GARD align= »center »]

La vice-présidente zimbabwéenne Joyce Mujuru

La vice-présidente zimbabwéenne Joyce Mujuru

La vice-présidente zimbabwéenne Joice Mujuru a dénoncé mardi « une campagne de dénigrement bien orchestrée et un abus flagrant de l’appareil étatique », après avoir été écartée du comité central de la Zanu-PF, le parti au pouvoir.

Mme Mujuru, longtemps considérée comme probable héritière du vieux président Robert Mugabe, a été accusée de complot pour assassiner le père de l’indépendance du pays, qui à 90 ans est au pouvoir depuis 1980.

Joice Mujuru, 59 ans, estime qu’elle est victime d’une cabale. « Je suis devenue la mouche prise dans une toile de mensonges dont l’objectif final est la destruction de la Zanu-PF, de ce qu’elle représente et finalement du gouvernement actuel », a-t-elle écrit mardi dans un communiqué.

« Une tentative bruyante a été faite pour me présenter comme +traîtresse+, +assassin+ et +vendue+, mais pas un iota de preuve n’a été produit pour donner du crédit à ces allégations », a relevé Mme Mujuru.

Le congrès de la Zanu-PF, la semaine dernière, a reconduit M. Mugabe à la tête du parti et a placé son épouse Grace, 49 ans, à la tête de l’influente Ligue des femmes.

Joice Mujuru n’a pas assisté au congrès, elle-même et ses partisans ayant reçu des menaces de membres de la Ligue des jeunes du parti.

« J’ai décidé de rester loin de l’inévitable humiliation publique qui a été infligée à d’autres membres malheureux du parti », a-t-elle expliqué mardi.

« Il était important de maintenir la dignité de la fonction du vice-président. »

Robert Mugabe lui-même n’a pas épargné son adjointe lors du congrès de la Zanu-PF. Il doit désigner mercredi ou jeudi les deux nouveaux vice-présidents du parti.

La Zanu-PF est déchirée depuis plusieurs années par une guerre de succession, opposant notamment Joice Mujuru et le ministre de la Justice Emmerson Mnangagwa –qui dans le passé a contrôlé la police secrète et l’armée–, pour remplacer un jour M. Mugabe.

Emmerson Mnangagwa, qui à 68 ans vient d’être nommé au comité central du parti, semble maintenant revenu dans la course.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Joice Mujuruzimbabwe

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Pour le président zimbabwéen Mugabe, les Occidentaux « déchirent le monde arabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, reçu par son homologue sud-africain Jacob Zuma pour une visite d’Etat, sa première en 21

Zimbabwe: Mugabe ne pense toujours pas à la retraite

[GARD align= »center »] Le très controversé président du Zimbabwe Robert Mugabe a une nouvelle fois écarté dimanche, à quelques jours de

Zimbabwe : un député qui avait insulté la femme de Mugabe a été acquitté

[GARD align= »center »] Justice Wadyajena, 35 ans, est député de la Zanu-PF mais proche du vice-président zimbabwéen, un rival de Grace

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*