Zimbabwe : Les étrangers opérant dans la vente au détail peuvent encore continuer leurs activités

Zimbabwe : Les étrangers opérant dans la vente au détail peuvent encore continuer leurs activités

 [wp_ad_camp_3]

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Il y a quelques mois, le gouvernement zimbabwéen avait indiqué que les commerçants étrangers opérant dans la vente au détail devront cesser leurs activités avant 2014 au risque de se voir expulser du pays. Une décision qui avait été critiquée par plusieurs observateurs. Mais dimanche, le son de cloche a changé.

Le gouvernement zimbabwéen a décidé de ne plus expulser les étrangers opérant dans la vente au détail et une dizaine d’autres secteurs. C’est le ministre zimbabwéen de l’Indigénisation de la jeunesse et de l’Administration, Francis Nhema qui a fait cette déclaration qui indique que son pays veut dissiper les craintes des propriétaires étrangers des magasins du pays de subir un coup de force similaire à la saisie chaotique de terres il y a plus de dix ans.

Le ministre zimbabwéen de l’Indigénisation de la jeunesse et de l’Administration, Francis Nhema, a déclaré qu’aucun Zimbabwéen ne serait autorisé à assumer la propriété des entreprises que les étrangers possèdent, sans suivre les procédures appropriées. « Les étrangers dans les secteurs réservés, continueront à opérer car ils ont joué un rôle important dans la fourniture des services pendant les moments difficiles quand le pays était confronté aux contraintes financières », a déclaré le ministre Francis Nhema.

En 2010, le Zimbabwe a adopté la loi de l’indigénisation stipulant que 14 secteurs sont réservés uniquement aux Zimbabwéens, dont la production primaire des vivres, le transport, la location de voitures, la coiffure, les agences d’emploi, les agences immobilières, la transformation du tabac, la publicité et la transformation du lait.

Même avec les déclaration du ministre de l’Indigénisation de la jeunesse et de l’Administration, Francis Nhema , la position du gouvernement zimbabwéen n’est pas claire en ce qui concerne la façon de traiter les étrangers opérant dans ces secteurs. Les medias locaux avaient rapporté en Novembre que les autorités demandent aux étrangers opérant dans les secteurs réservés aux Zimbabwéens de quitter ces secteurs le 1er janvier 2014. Sans obéir à cet ultimatum, ils seront punis par des amendes ou l’incarcération.

 [wp_ad_camp_2] 

 

« Le gouvernement n’a jamais l’intention de saisir les entreprises gratuitement » a déclaré M. Nhema. Le risque d’expulsion des étrangers opérant dans la vente au détail au Zimbabwe concerne plus des ressortissants chinois, nigérians et indiens. Il y a plus de 10 ans, à la fin des années 1990, des Zimbabwéens se sont emparé des fermes possédées par les blancs. Le gouvernement soutenait que la redistribution des terres est nécessaire pour corriger l’injustice coloniale. Les commerçants étrangers craignent une nouvelle expulsion au profit des Zimbabwéen.

Oeildafrique.com

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
zimbabwe

Related Articles

Karim Wade face à son honneur

Karim Wade, dont le nom est escorté par d’innombrables scandales, a mille raisons d’accepter de se plier à l’exercice d’audits

Sommet de la Francophonie: Hollande appelle au respect de la démocratie

[GARD align= »center »] Le président français François Hollande a martelé samedi son avertissement aux dirigeants qui voudraient se maintenir au pouvoir

Bissau : La junte dit accepter « toutes les exigences » sauf le retour de Pereira

BISSAU – La junte bissau-guinéenne a affirmé mardi qu’elle acceptait « toutes les exigences » de l’Afrique de l’Ouest sur le retour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*