Zimbabwe : Morgan Tsvangirai refuse de démissionner

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai refuse de démissionner

Le Premier ministre sortant du Zimbabwe et grand perdant des élections générales du 31 juillet dernier, Morgan Ysvangirai, a démenti des tractations au sein de son parti pour le pousser à la démission, estimant qu’il avait la confiance de son parti (MDC) pour poursuivre sa croisade pour des réformes politiques dans le pays.

Dans des propos mesurés, en réponse aux appels pour son éviction de la tête du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), Tsvangirai a, dans un communiqué rappelé à ses détracteurs qu’il tenait son mandat de la direction nationale et de la base du parti et qu’il ne les abandonnerait jamais, à cause de ce  »revers électoral passager ».

« Je continue de bénéficier de la confiance de mon parti et du soutien de millions de personnes qui ont voté pour le changement le 31 juillet. Sur la base de ce mandat, je vais donc continuer à servir le peuple jusqu’à ce que nous obtenions les résultats escomptés« , a-t-il promis.

Des appels ont été lancés pour la démission de Tsvangirai, après que le MDC a été mis en déroute par la Zanu-PF du président Robert Mugabe, lors des élections du 31 juillet 2013.

Au cours des derniers jours, ces appels ont eu des échos favorables, notamment après que le MDC a annoncé qu’il renonçait à ses poursuites contre les résultats du scrutin donnant une large victoire à Mugabe et à son parti.

Morgan Tsvangirai avait perdu devant le président Mugabe, n’obtenant que 34% des voix, contre 61% pour le plus vieux chef d’Etat africain, qui est actuellement âgé de 89 ans.

Le dirigeant du MDC avait rejeté ces résultats, les qualifiant d’énorme ‘farce’, des accusations que les militants de la Zanu-PF avaient à leur tour qualifiées d’inepties.

Oeildafrique.com avec APA

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
zimbabwe

Related Articles

Le ballon, c’est le peuple congolais qui l’a toujours possédé et non les politiciens

Les Congolais aiment bien cette histoire de « plein na plein» comme si cela justifiait quoi que ce soit. Voilà.

Elections au Burundi: Onu, UA, UE, Etats-Unis dénoncent des « entraves aux libertés »

[GARD align= »center »] Plusieurs hauts diplomates en charge des Grands-Lacs ont dénoncé, dans un communiqué reçu mardi, les « entraves aux libertés »

Sénégal: A quand le déménagement de Macky Sall au Palais?

Alors que la tradition voulait que le Président de la République emménage au Palais dès son investiture, tel n’est pas

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*