Zimbabwe: Mugabe fixe les élections au 31 juillet, Tsvangirai rejette

Zimbabwe: Mugabe fixe les élections au 31 juillet, Tsvangirai rejette

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a fixé la date des élections législatives et présidentielle au 31 juillet, a annoncé jeudi son Premier ministre et opposant Morgan Tsvangirai, qui a affirmé son rejet de cette décision.

Ce matin, j’ai reçu une lettre du président Mugabe dans laquelle (…) il proclame le jour des élections au 31 juillet, a relevé M. Tsvangirai.

Le président Mugabe agit de façon illégale et inconstitutionnelle. (…) Je ne peux pas et ne veux pas l’accepter, a déclaré lors d’une conférence de presse M. Tsvangirai, qui exige l’adoption de réformes des médias et des forces de l’ordre, inféodés au président, avant la tenue du scrutin.

Il a demandé à ses avocats de saisir la justice, a-t-il précisé.

Selon l’accord de partage de pouvoir signé fin 2008 entre les deux hommes, le président ne peut agir qu’en consultation avec le Premier ministre pour toutes les décisions de l’exécutif, y compris l’annonce de la date des élections, a-t-il ajouté dans un communiqué.

En outre, le délai de remise à jour des listes électorales –réputées remplies d’électeurs fantômes– fixé par le président est bien trop court, et les listes ne pourront pas être vérifiées par les partis, regrette Morgan Tsvangirai.

La question n’est pas la date des élections. La question, c’est de savoir si les conditions de cette élection sont crédibles, libres, honnêtes, légitimes et non contestées, avait déjà dit mercredi M. Tsvangirai devant des organisations de la société civile.

M. Mugabe s’appuie de son côté sur une injonction de la Cour constitutionnelle zimbabwéenne, qui l’a sommé de fixer une date pour les élections avant le 31 juillet.

Les élections au Zimbabwe doivent mettre fin au fragile gouvernement de cohabitation formé sous la pression internationale entre MM. Mugabe et Tsvangirai pour éviter une guerre civile, après les violences qui avaient fait environ 200 morts entre les deux tours de la présidentielle 2008.

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), l’organisation régionale qui avait parrainé l’accord de partage du pouvoir, doit examiner la question du Zimbabwe samedi lors d’un sommet extraordinaire à Maputo, au Mozambique.

Morgan Tvangirai a déploré jeudi que ce sommet –initialement prévu le 9 juin– ait été retardé à la demande de son adversaire, plaçant la SADC devant le fait accompli. Il a dit qu’il irait dès vendredi plaider sa cause auprès des dirigeants de la région.

Robert Mugabe (89 ans), au pouvoir de façon ininterrompue depuis trente-trois ans dans un pays qu’il a conduit à l’indépendance puis à la ruine, entend une nouvelle fois se succéder à lui-même.

Une nouvelle Constitution plus libérale a été adoptée par référendum en mars, mais elle ne reste pour l’instant qu’un bout de papier. Les opposants au président sont encore régulièrement inquiétés par la police.

(Avec AFP)

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
zimbabwe

Related Articles

Présidentielle en Gambie: Yahya Jammeh face à une coalition de sept partis

[GARD align= »center »] Le scrutin présidentiel en Gambie se déroulera le 1er décembre 2016. L’APRC, parti au pouvoir depuis 1996, a

‘’Le Ghana ne sera jamais une base arrière pour déstabiliser la Côte d`Ivoire’’, rassure John Dramani

Le président ghanéen John Dramani Mahama a assuré mercredi à Abidjan, à l’issue d’une audience avec son homologue ivoirien, Alassane

Tshisekedi lance un nouveau ultimatum à Kabila

Voici les propos d’Etienne Tshisekedi à Kisangani: « Je donne un ultimatum de 48 heures au gouvernement (du présisent Joseph) Kabila,