Zimbabwe: Robert Mugabe fête ses 90 ans ; le parcours d’un panafricaniste controversé

Zimbabwe: Robert Mugabe fête ses 90 ans ; le parcours d’un panafricaniste controversé

[GARD align= »center »]

Robert Mugabe

Le président du Zimbabwe Robert Mugabé

Le plus vieux Chef d’Etat africain, le président zimbabwéen souffle une bougie de plus ce vendredi. Robert Mugabe qui dirige le Zimbabwe depuis plus de 30 ans, a 90 ans et n’a que faire des rumeurs qui le donnent pour malade d’un cancer de la prostate. Lui-même explique ses fréquents bilans médicaux à Singapour par le traitement d’une cataracte.

Robert Mugabe ne blague pas avec son pouvoir. L’opposition n’a aucun droit pour se faire entendre et est constamment muselée. Sa politique économique n’a fait que ruiner le pays mais est toujours réélu à la tête du pays sans autres formes de procès. Selon l’esprit de la nouvelle constitution qu’il a fait voter aux lendemains des élections de 2013, il sera au pouvoir tant que Dieu lui prête vie. Né le 21 février 1924 dans la mission catholique de Kutama, Mugabe a toujours été décrit comme un solitaire. Brillant élève, il a collectionné sept diplômes universitaires, dont un master en droit obtenu en prison.

Marxiste aux premières heures, il a découvert la politique à l’Université de Fort Hare, la seule ouverte aux Noirs dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, où il a rencontré nombre des futurs dirigeants de la région.

Son métier, l’enseignement, l’a mené en Rhodésie du Nord (la Zambie actuelle), puis au Ghana fraîchement indépendant, dont le président panafricaniste Kwame Nkrumah a exercé sur lui une profonde influence. Mugabe tient encore son aura de son engagement, très jeune, pour les indépendances en Afrique.

Robert Mugabe se considère comme un panafricaniste, un nationaliste au même titre que Nelson Mandela. Son parcours a été semblable à celui de Nelson Mandela. Mugabe a été emprisonné tout comme Mandela.

Mais lui, n’a passé que dix ans en prison où il a profité passé plusieurs diplômes avant de trouver refuge au Mozambique pour prendre la tête de la guérilla noire contre la minorité blanche.

Il parvient à obtenir l’indépendance de son pays en 1980 et a fait des efforts dans le sens de la réconciliation avec les anciens dirigeants rhodésiens blancs. Il a été alors acclamé et admiré de toute part dont les dirigeants du monde entier. Ses programmes de construction d’écoles, d’établissements de santé et de nouveaux logements pour la majorité noire auparavant marginalisée, ont été salué par plus d’un. Son défaut est de ne pas tolérer l’opposition. Il réprime brutalement en 1982 la province du Matabeleland, terre des Ndebele acquise à son adversaire Joshua Nkomo faisant 10.000 à 20.000 morts.

C’est à partir de ce moment que l’occident commence par rejeter son régime au vue des dérapages des années 2000.

L’échec du référendum constitutionnel en 2000 a encore durci le ton de Robert Mugabe qui décide de passer en force et fait saisir les domaines agricoles des grands propriétaires blancs. On notera une terrible violente à l’issue de la présidentielle de 2002 qui a enregistré des violences et des fraudes. C’est alors que les sanctions américaines et européennes ont commencé par tomber. Il a tenu tête à l’occident avec ses tirades anti-impérialistes et ses provocations en se tournant vers l’Asie.

Ces dernières années, sa gestion est qualifiée d’hitlérienne et sa législation homophobe. M. Mugabe traite les homosexuels de pires que des chiens ou des cochons. Actuellement, l’économie de son pays n’est pas au beau fixe et sa relation avec l’occident est du « je t’aime moi non plus ». Pour le président zimbabwéen, les sanctions occidentales contre son pays non d’autre but que de parvenir à acquérir la richesse du pays.

[GARD align= »center »]

« Pourquoi imposer des sanctions? Pourquoi punir mon peuple? C’est parce que ces impérialistes veulent l’héritage ».

Actuellement il bénéficie de la solidarité des pays de l’Union Africaine qui ont mis la pression pour qu’il soit invité à participer au prochain sommet Europe-Afrique.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
Robert Mugabezimbabwe

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 02 août 2016

[GARD align= »center »] Election présidentielle en RDC: Tshisekedi pose deux ultimatums au pouvoir En RDC, le retour au pays d’Etienne Tshisekedi

Deux capitales africaines au top 10 des villes les plus chères du monde

[GARD align= »center »] Le baromètre annuel de l’organisation ECA International sur le coût de la vie vient d’être publié. L’étude effectue

An 52 de l’Ouganda : Museveni remet en cause la CPI

[GARD align= »center »] Pour le Président ougandais, Yoweri Museveni,  la Cour pénal internationale (CPI)  «est un instrument partial de l’hégémonie postcolonial».

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Kamite Essomba Etaba
    Kamite Essomba Etaba 20 février, 2014, 23:12

    je suis assez triste de constater que tout les tenants et les aboutissants des réalité zimbabwéène n’aient été devellopée dans cet article.Mugabé c’est pas seulement tout ça,Vous ne savez pas non plus que c’est Tony Blair qui en arrivant au pouvoir en Grande Bretagne a cassé le contrat des accords de Lancaster House, et que le FMI a exigé du Zimbabwe (comme les autres pays d’Afrique) d’appliquer le programme d’ajustement structurel pour bénéficier d’aides que le pays n’a jamais eu.mugabé a été un esclave de maison reçu par margaret tacher en espérant que les anglais allaient respecter leur paroles,celle de retrocéder les terre au noirs apres 20 ans.comme promis apres la guerre d’indépendance que le peuple aux coté de mugabé a guagné:mais rien n’a été fait,c’est la raison pour laquelle il entre en discidence et devient le premier énemie international.par la grace du ciel,le Zimbabwé va bien aujourd’hui,ils ont traversé la tempête et de plus s’il n’était pas là le coup d’état contre la guinnée équatoriale préparer depuis l’espagne avec pour chef de file des mercenaires le fils de margaret tacher aurait été une reuissite et c’est de l’emprisonnement de ces mercenaires et du fils de margaret tacher qu’il arrive à faire du chantage pour le gracier et à avoir un peu d’air. un article ne suffira pas pour develloper l’histoire enrichissante de ce pays comme de bien des pays africains .

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*