Zimbabwe : Robert Mugabe remporte l’élection présidentielle avec 61,09% des voix

Zimbabwe : Robert Mugabe remporte l’élection présidentielle avec 61,09% des voix

Le président sortant du Zimbabwe Robert Mugabe, 89 ans, au pouvoir depuis 33 ans, a remporté l’élection présidentielle pour la sixième fois, selon les résultats du scrutin rendus publics samedi par la Commission électorale du Zimbabwe (ZEC).

La Commission électorale a annoncé que M. Mugabe a gagné 2,11 millions de voix, soit 61,09% des 3,48 millions d’électeurs inscrits pour le vote du 31 juillet.

Morgan Tsvangirai, le principal adversaire de M. Mugabe, a remporté 1.172.000 voix (33,69%).

Loi du Zimbabwe prévoit qu’un candidat avec plus de 50% est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle.

Comme la nouvelle Constitution stipule que le président ne peut avoir que deux mandats de cinq ans, il est possible pour M. Mugabe doit le président pendant 10 ans jusqu’à ce qu’il tourne 99.

Quant aux élections parlementaires, la Zanu-PF, le parti de Mugabe, a gagné 160 sièges, ce qui représente 76% des 210 sièges que compte le Parlement, ce qui permet à la Zanu-PF de modifier la Constitution sans consulter l’opposition.

Le ministre de la Défense Emmerson Mnangagwa, membre de la Zanu- PF, a déclaré que le vote est libre, juste, pacifique et crédible et reflète la volonté de la plupart des Zimbabwéens.

« C’est une victoire fantastique avec une victoire écrasante sur les partis d’opposition. Nous avons démontré que nous avons encore le soutien du peuple », a déclaré à Xinhua le porte-parole national de la Zanu-PF, Rugare Gumbo après l’annonce des résultats.

« Nous allons examiner diverses promesses que nous avons faites et assurez-vous que ces choses sont faites », a-t-il dit.

Considéré comme le challenger le plus sérieux de Mugabe depuis 1997, M. Tsvangirai a refusé d’accepter les résultats, déclarant samedi après-midi que lui et son parti MDC-T va épuiser tous les recours légaux pour contester les résultats.

M. Tsvangirai, Premier ministre du gouvernement de coalition du Zimbabwe, a déclaré lors d’une conférence de presse à son domicile à Harare que son parti va aller au tribunal et de présenter des preuves montrant que les élections sont « frauduleux ». Il a dit que son parti ne rejoindra pas les institutions gouvernementales sous le contrôle de M. Mugabe et de la Zanu-PF. Sur la participation au parlement, il a dit qu’ils vont décider au bon moment.

Samedi, la police a sommé les politiciens de cesser l’incitation à provoquer le chaos, après Tsvangirai eut déclaré que les protestations de rue reste une option pour son parti et ses partisans.

Mugabe a déclaré plus tôt qu’il s’est conformé à la loi électorale.

« J’ai le droit dans mon pays. C’est la loi qui manipule tout le monde. Je ne contrôle pas le processus électoral. J’ai respecté et obéi à la loi électorale », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à la veille des élections.

L’Union africaine (UA) a indiqué pour sa part que les élections étaient libres et équitables, alors que la Communauté de l’Afrique australe (SADC), qui a négocié le gouvernement de coalition après les violences politiques en 2009, a prudemment approuvé le vote et s’est contenté de reconnaître que la paix et la gratuité des voix.

La mission de la SADC a dit qu’il va expliquer la question de l’équité dans son rapport final dans les 30 jours après l’annonce des résultats des élections.

Le chef de la mission d’observation chinoise, Liu Guijin, a également approuvé les élections du Zimbabwe qui sont, selon lui, assez crédible, libre et pacifique, exhortant les partis politiques à accepter les résultats pacifiquement.

« Même si ce n’est pas une élection sans faille, il était généralement libre, pacifique et assez crédible », a-t-il dit affirmé d’une conférence de presse.

Avec  Xinhua


Tags assigned to this article:
presidentiellezimbabwe

Related Articles

Mali: Ibrahim Boubacar Keïta devra fournir au FMI des comptes sur son avion

[GARD align= »center »] Ce n’est pas encore fini avec l’achat d’un avion présidentiel par le Chef de l’Etat malien Ibrahim Boubacar

Le Maroc promet une « nouvelle politique migratoire »

Confronté à des critiques sur sa politique migratoire, le Maroc s’est engagé mercredi à mettre en œuvre une série de

Un tribunal spécial créé pour juger l’ex-président tchadien Habré au Sénégal

Le Sénégal et l’Union africaine (UA) ont signé mercredi soir à Dakar un accord portant création d’un tribunal spécial pour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*